section

Matthieu Drouhin

Avec le temps, Matthieu Drouhin s’est, comme le vin qu’il connaît sur le bout des doigts, bonifié. Normal quand on a pris sa première licence à Beaune, car les histoires de grands crus naissent sur les terroirs de caractère.

Avec le temps, Matthieu Drouhin s’est, comme le vin qu’il connaît sur le bout des doigts, bonifié. Normal quand on a pris sa première licence à Beaune, car les histoires de grands crus naissent sur les terroirs de caractère. Il faut dire que l’ailier droit a usé un bon moment ses stabils dans sa région de naissance, histoire d’avoir un maximum d’arômes, avant de faire une première embardée du côté de Besançon pour 3 saisons, entre ses 18 et 21 ans. Ont suivi Villefranche, de 21 à 24 ans, avec les premiers pas en D1 puis Istres, de 24 à 26 ans, pour la confirmation et enfin Tremblay, de 2008 à 2015 pour l’explosion. 

 

« J’ai commencé le hand grâce à l’école avec des animations handball. J’avais été plus ou moins repéré et je suis allé au club. J’avais des copains qui jouaient… et c’était parti. L’ambiance a beaucoup fait pour moi. J’ai grandi, progressé, mais sans passer par les cursus type sport étude ou centre de formation. J’ai passé le cap du professionnalisme en allant à Besançon qui m’avait contacté. Là, je me suis dit que je pouvais peut-être faire quelque chose. »

 

Les dernières années prouveront que le gaucher avait raison puisque son professionnalisme et sa constance lui permettront notamment de devenir le meilleur marqueur de la saison 2012-2013 avec le TFHB (180 unités), mais aussi d’entrer dans le club très privé des meilleurs buteurs du championnat de France. Ainsi, « Mamat’ » a déjà passé le cap mythique des 1000 buts en continuant, encore et toujours, d’alimenter son compteur perso avec Saran, son actuel club, pour un jour, qui sait, aller taquiner le record national. Cela s’ajouterait à son actuelle première place dans le classement national des meilleurs tireurs de penalties (plus de 500, série en cours). 

 

« Matthieu est un joueur précieux pour un entraîneur » confirme Stéphane Imbratta, ex coach de l’intéressé. « Car c’est un finisseur incroyable. De toute ma carrière, je n’ai jamais vu quelqu’un tirer aussi bien les penalties. Il est rigoureux, discipliné et il a un super sens de l’anticipation. Certains pourraient lui reprocher de ne pas être un créateur ou d’être très spectaculaire mais Matthieu, c’est quelqu’un d’efficace, qui abat un énorme travail sur le terrain, proprement. En dehors du terrain, c’est quelqu’un de très gentil et quand il entre sur le parquet, il se transcende, il ne dit pas non au combat. On est arrivé en même temps au TFHB et même s’il a eu quelques pépins physiques - et pas des petits -, il a toujours su revenir, se battre pour continuer à jouer. C’est un vrai compétiteur dans l’âme. Une fois face à Montpellier, il revenait de blessures mais devait rester sur le banc et Samuel se fait mal à son tour. Il entre et plante une dizaine de buts…»

 

La classe à l’état pur pour ce joueur passionné, fidèle en amitié et qui n’a pas eu d’égal en championnat de France ces dernières années.

Haut