section

Rémi Salou

Arrivé de Montpellier à l’été 2012 après de riches années dans l’Hérault, passé avant par le centre de formation de Cesson, le pivot Rémi Salou avait toutes les cartes en main pour imposer sa patte dans l’histoire du TFHB. Ce qu’il a fait. 

Certes, le solide gaillard (1,97 m ; 110 kg) n’aura pas connu les saisons les plus flamboyantes du club avec des classements essentiellement dans la seconde partie de tableau, mais il aura toujours su répondre présent. Ou presque, car seule une vilaine blessure au genou lors de l’exercice 2013-2014 aura freiné son engagement sous les couleurs jaunes et noires.

 

 

« Sa première qualité, c’est celle d’être un gros combattant » détaille Mehdi Boubakar, le coach adjoint. « Et cela a surtout été un plaisir de travailler avec lui. Il a beaucoup apporté grâce à son expérience montpelliéraine, notamment sur le plan défensif où il a été la pierre angulaire. Et on a aussi pu voir qu’en attaque, il était capable de très bonnes choses quand il était servi. Avec un joueur comme Bojinovic, cela fonctionnait très bien. Enfin, il a cette capacité rare de savoir se transcender dans les matchs les plus difficiles tout en restant un interlocuteur toujours positif.

 

C’est un joueur fidèle et appliqué avec lequel les coachs peuvent échanger. C’est précieux. »

 

Capitaine valeureux, le terrible barbu veut, lui, tirer le meilleur de son passage en Seine-Saint-Denis : « Le TFHB, c’est un club qui a été important dans mon parcours. J’y ai joué 4 saisons et c’est là où j’ai acquis beaucoup plus de temps de jeu qu’auparavant. Cela compte dans la formation d’un joueur. Je me suis affirmé en D1 et ce malgré le fait que cela n’a pas été facile tout le temps.

 

Ce qui est important, c’est qu’en tant que joueur, je m’y suis forgé mon expérience. Tout comme le club a acquis la sienne, même s’il y a eu la descente en Proligue. Ce que je veux retenir, aussi, c’est le fait que l’équipe n’a pas lâché. Même si cela a été dur, qu’il y a eu des blessures, je pense que l’on s’est tout de même battu avec nos forces. »

 

 

Deux fois 12e, une fois 11e et une fois 14e, le patron de la défense et point d’ancrage en attaque n’a jamais ménagé ses efforts pour le TFHB sur le parquet. Mais aussi à côté. « Être joueur dans un club, ce n’est pas qu’évoluer sur le 40x20. C’est aussi participer à tout ce qu’il y a autour. Les actions en direction des jeunes, être présent pour les événements. J’ai aimé faire ça ici où je me suis toujours senti très bien. Avoir le plaisir d’échanger, travailler ensemble, c’est l’essence de notre pratique. »

 

La classe et la passion, la générosité et l’altruisme, Rémi Salou aura été un joueur rare dans l’histoire du TFHB.

Haut